Réviser ses figures de styles avec Bernard Blier et Michel Audiard

L’ambition culturelle du cinéma Français, sa capacité à hisser le spectateur au dessus de sa condition, à conduire l’OS de chez Renault sur les traces de Monsieur de Vaugelas, voilà Michel Audiard !

Chaque occasion est bonne pour livrer cette mission civilisatrice. C’est pourquoi, même en plein conseil de guerre, il n’hésite pas à nous faire la leçon sur la différence entre métaphore et périphrase.

Faut-pas prendre les enfants du bons Dieu pour des canards sauvages, de Michel Audiard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s